31 mai 2018

Tournai 2018 16th Custom Meeting - Three not so tame Impalas..

La fullsize Chevrolet Impala des sixties se prête à tous les traitements sans pour autant nécessiter de grosses modifs côté esthétique, comme on pouvait le constater avec ce coupé Super Sport '64 légerement modifié et ce lowrider cabrio '63 sur hydrauliques qui cotoyaient un coupé '63 complétement d'origine jusqu'au bout de ses enjos.

IMG_1278

IMG_1308

IMG_1489

IMG_1313

IMG_1279

IMG_1312

IMG_1277

IMG_1309

IMG_1280

IMG_1316

IMG_1491

Posté par Southpaw à 17:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


30 mai 2018

Tournai 2018 16th Custom Meeting - Buick Special 1954 Convertible

Ce très beau cabriolet Buick Arctic White (une des 19 teintes proposées à l'époque) et intérieur rouge méritait qu'on s'y attarde, ne serait-ce que pour faire le tour des nombreux détails marquants le passage d'une décennie encore très rondouillarde, les années quarante, au futurisme plus saillant et aéronautique des fifties. Produit à 6135 exemplaires cette année-là, ce Model 46C était le "petit" convertible entrée de gamme de la marque, proposant déjà, contre 2563 dollars, un bel équipement assez luxueux sur un chassis à empattement court, avec sous le capot, un tout nouveau moteur Fireball, le V8 "Nailhead" de 264 c.i. et de 150 chevaux lancé l'année précédente pour remplacer progressivement l'antique huit-en-ligne hérité de la décennie antérieure. 1954, c'est aussi la dernière année des emblématiques phares avant "teardrop", un gimmick stylistique directement issu de la fabuleuse concept car XP-300 que Buick avait dévoilé en 1951, et qui avait tant séduit les customiseurs du début des '50s.

Des "larmes" instantanément identifiables qui donnent, tout comme la fameuse grille de calandre waterfall, une inimitable bouille de mérou triste à cette belle automobile.

IMG_1463

IMG_1411

IMG_1474

IMG_1471

IMG_1476

IMG_1413

IMG_1486

IMG_1464

IMG_1412

IMG_1470

IMG_1465

IMG_1477

IMG_1484

IMG_1466

IMG_1475

IMG_1473

IMG_1468

IMG_1469

Posté par Southpaw à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

29 mai 2018

Tonic Tuesday: R.L. Burnside, Let My Baby Ride

Fuck Yeah! Mardi matin et le weekend semble vachement loin? J'ai le remède, mon pote, du blues couilllu, lean and mean, boosté en 1998 par un remix percutant, sur un montage video diablement eye candy. R.L. Burnside du temps de sa splendeur retrouvée, grâce à Fat Possum, le label blues de la fin du XXe siècle!! Enjoy.

R.L. Burnside ~ Let My Baby Ride [Remix]

Posté par Southpaw à 06:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 mai 2018

This Week's Music Video - Angel City, Marseilles

Né en 1974, Angel City (The Angels, pour le marché local) a été l'un des groupes de pub rock / rock 'n'roll les plus influents des 70's en Australie, naviguant entre hard rock et proto-punk et se taillant une solide réputation scénique, notamment grâce au jeu de scène débridé de son frontman, Bernard Patrick "Doc" Neeson. Marseilles est l'un de leurs hits, issu de Face to Face, leur second album paru en 1978 down under et en '80 en version export. Et voilà comment la cité phocéenne est devenu un détour obligé pour plusieurs générations de backpackers australiens..

The Angels - Marseilles

 

Posté par Southpaw à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 mai 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Promised Land

USA, 1962. Chuck Berry est condamné à trois ans de prison pour avoir franchi la frontière entre deux états en compagnie d’une jeune fille de 14 ans, ce qui est automatiquement assimilé à de la prostitution et à du trafic d’êtres humains. Pendant son séjour derrière les barreaux, il écrit plusieurs titres pour ce qui deviendra St Louis to Liverpool, son album sorti fin ‘64.

Promised Land, le premier single issu de l’album, est inspiré pour la mélodie de la folksong traditionnelle Wabash Cannonball et raconte le périple d’un «poor boy» (comprendre: un noir) qui quitte Norfolk, Virginia, et après bien des déboires et des péripéties (évoqués en un minimum de mots – le "Greyhound" rappelle les Freedom Fighters qui descendaient dans le Sud Profond aider les activistes des droits civiques, et la "struggle" fait écho aux agissements racistes de Bull Connor, l’abominable chef de la police de "Birmingham, Alabam’ "), arrive finalement à rejoindre la Californie, la fameuse Terre Promise du Rêve Américain, loin de la tension raciale qui empoisonne le mouvement déségrégationniste du Sud.

Louisianne, 1970. John Allen Guillot, un Cajun né dans une famille de musiciens, est depuis plusieurs années déjà devenu Johnnie Allan, l’un des rois du rock’n’roll louisianais et le progéniteur numero uno du Swamp Pop, ce genre musical typique de la Louisiane, à base de rock’n’roll infusé dans la musique acadienne traditionnelle et francophone.

Sa reprise du classique de Berry est pour beaucoup supérieure à l’original, et, si elle repousse les références historiques en arrière-plan, c'est pour mieux se focaliser sur la joie pure que procure le voyage et le simple plaisir du mouvement. Et en ce qui me concerne, c’est le genre de trucs qui me téléporte direct au milieu des bayous un chaud samedi comme aujourd’hui, à quelques heures d’un fais do-do ou je pourrais danser toute la nuit avec Evangéline après un bon jambalaya et quelques canettes d’Abita...

Enjoy.

Johnnie Allan with Belton Richard on Accordion - Promised Land

 

 

 


25 mai 2018

Tournai 2018 16th Custom Meeting - Street Machines, Pony Cars and the American Muscle

Il y avait un gros paquet de coupés sportifs de la "bonne" période (1964-1974) dispersés sur le site du meeting, avec de beaux exemplaires de Mustangs, Camaros, Olds Cutlass, LeMans, Chargers, Firebirds, ... plus quelques muscle-trucks El Caminos dont le '68 SS big-block gris à stripes noires fidèle du rendez-vous annuel tournaisien.

IMG_1401

IMG_1417

IMG_1383

IMG_1460

IMG_1391

IMG_1389

IMG_1421

IMG_1380

IMG_1378

IMG_1371

IMG_1363

IMG_1327

IMG_1418

IMG_1444

IMG_1519

IMG_1398

IMG_1258

IMG_1264

IMG_1426

IMG_1429

IMG_1459

IMG_1422

IMG_1450

IMG_1449

IMG_1394

IMG_1326

IMG_1304

IMG_1303

IMG_1306

IMG_1305

24 mai 2018

Tournai 2018 16th Custom Meeting - Edsel Wagon or GMC Suburban?

Les deux bien sûr! L'Edsel Villager, la station wagon de la marque exclusive lancée par Ford en 1958, c'est une certaine classe et un exotisme vintage kitsch assez décalé aujourd'hui, même dans le monde de l'américaine classique. Des caisses rares, considérées comme hautement collectionables. La raison? Le flop monumental de la marque Edsel à la fin des fifties, dont le lancement en fanfare a cumuler à peu près toutes les erreurs à ne pas commettre pour une entreprise de cette envergure - campagne de pub mensongère et à côté de la plaque, assemblage dans la précipitation et sans contrôle qualité digne de ce nom, etc.. sans oublier l'ignominie originale, ce choix désastreux de calandre "vaginale" qui fit tant jaser à l'époque. Un cas d'école aujourd'hui au point que le nom même d'Edsel est devenu aux USA un synonyme de "foirage total". Du coup, les Edsels sont rares, et croiser par chez nous un exemplaire - tel ce sublime break full-size de 1960 - aussi magnifiquement restauré l'est encore plus.

Tout le contraire du GMC Suburban CarryAll mid-sixties garé plus loin. Tout comme son frère jumeau Chevrolet, le Suburban symbolise la notion même de succès dans la longévité, cet utilitaire sans esbrouffe mais increvable ayant permis de transporter, depuis 1935 et dans des conditions spartiates mais toujours à bon port, des millions de passagers un peu partout autour de la planète. Un véhicule basique, cousin des pickups construits par la General Motors sur la même plateforme, mais qui avec les années est lui aussi devenu une icône, en version hot ou complètement stock comme ce bel exemplaire deux tons sans chichis. Love 'em both.

IMG_1503 2

IMG_1442

IMG_1510

IMG_1509

IMG_1507

IMG_1225

IMG_1227

IMG_1409

IMG_1400

IMG_1506

IMG_1508

IMG_1516

IMG_1228

IMG_1226

IMG_1504

IMG_1512

IMG_1518

IMG_1511

IMG_1505

 

 

 

Posté par Southpaw à 22:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

23 mai 2018

Tournai 2018 16th Custom Meeting - Dodge 1969 Super Bee Hardtop Coupe, fois deux!

Deux des 26125 Dodges Coronet 500 badgées "Super Bee" produites par la Chrysler Corp en 1969 avaient fait le déplacement à Tournai ce dimanche. L'occasion de pouvoir tourner autour de ces beaux spécimens originaux de muscle-cars B-Body "low-budget" (à l'époque), avec deux traitements assez différents, très sobre pour le modèle beige parqué le long de l'allée qui menait à l'entrée du meeting, nettement plus agressif pour l'exemplaire jaune-toit-vinyle-noir exposé sur l'esplanade, avec cette combinaison très flashy de jantes tôle noires très badass et d'options qui claquent, de la spectaculaire Bumble Bee Tailstripe entourant l'arrière-train de la bête, jusqu'aux rares doubles écopes d'air sur les ailes arrières (une option à 35,80 dollars en '69!) en passant par les doubles hood scoops alimentant réellement le gros carbu du V8 383 c.i planqué sous le capot. Bestial!

IMG_1235

IMG_1175

IMG_1237

IMG_1238

IMG_1174

IMG_1242

IMG_1240

IMG_1236

IMG_1239

IMG_1243

Posté par Southpaw à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 mai 2018

R.I.P. Bill Gold

Créateur des affiches de films les plus iconiques de toute l'histoire du septième art.

Bill Gold posters

Bill Gold poster 2

Bullitt poster

The_Wild_Bunch

DELIV fp

soldier blue

Posté par Southpaw à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 mai 2018

This Week's Music Video - Larkin Poe, Preachin' Blues

Larkin Poe, c'est deux frangines from Atlanta, Georgia, 28 ans de moyenne d'âge et une passion précoce pour l'Americana et le blues en général, et le  rock'n'roll teinté southern en particulier. Comme tou(te)s les jeune(tte)s de leur âge, elles aiment partager leurs interprétations sur FB, revivifiant les classiques de Leadbelly, Duane Allman, Stevie Ray Vaughan, ou, ici, Son House, avec fraîcheur et sans une once de prétention. Alors bien sûr ça ne révolutionne pas l'avenir du futur de la musique, même si c'est fort sympathique, mais là ou elles se distinguent de leurs congénères, c'est qu'elles peuvent aussi assurer sur album et avec leurs propres compos, témoin ce Preach sorti en 2017 et republié il y a quelques semaines grâce au succès de son crowdfunding. Enjoy.

Larkin Poe - Preachin' Blues

Posté par Southpaw à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,