30 octobre 2019

The Detroit Cobras + Jack's On Fire aux 4 Ecluses, Dunkerque, mardi 29 octobre 2019

Alors, ce concert des Detroit Cobras hier soir aux 4-Ecluses à Dunkerque.. on était nombreux(ses) à avoir fantasmé sur ce combo issu de la scène de Detroit de la fin des 90's, mais contrairement aux Gories, Dirtbombs et autres White Stripes, les occasions de voir le gang de Rachel Nagy et de Maribel Restrepo avaient été extrêmement rares en Europe. Restait les vinyles, cinq long-jeux et mini-lps, dont ces deux excellents premiers albums, Live, Love or Leaving (2001) et surtout Mink, Rat or Rabbit (1998), superbes collections de reprises de vieux trucs obscurs mais géniaux, black rock'nroll et rhythm'n'blues fifties et early-sixties essentiellement, passés à la moulinette garage tendance dancefloor filler. Deux lps qui reviennent encore régulièrement sur ma platine, et qui comme pour pas mal de fans avaient à l'époque provoqué de fiévreuses recherches des fabuleux originaux sélectionnés par les 'Cobras, ces gemmes plus ou moins rares qui leurs avaient de facto garanti un répertoire en béton armé.

C'est surtout en pensant à l'opportunité de découvrir ces perles vintage en live qu'on misait ce mardi soir, et effectivement j'ai pris mon pied à danser sur les covers de Gary U.S. Bonds, des Shangri-Las, des Shirelles, de Brice Cofield et de Otis Redding, même si, en toute honnêteté, la perf du groupe était souvent tout juste du niveau d'un (bon) groupe de baloche.. Tant pis pour le (mini-)mythe, tant mieux pour le weekend qui arrive, ça aura au moins eu le mérite de me redonner envie de plonger dans mes compiles "Songs We Taught The Detroit Cobras" homemade..

Allez, une 'tite video du concert tout de même, une version d'autant plus chouette du Looking For My Baby des Nite Riders que le groupe a eu l'excellente idée d'inviter sur scène Daphné Pussycat, la world-famous dee-jay du fantasmabuleux Faster Pussycat rock'n'roll radio show sur PFM-99.9 à Arras, pour les backing-vocaux! Kewl.....

Detroit Cobras - Looking for my Baby

Quelques mots aussi sur la première partie signée Jack's On Fire, jeune et vigoureux quatuor lillois qui depuis 2012 (déjà?!) assène sa post-pop punk sucrée salée avec une saine aggressivité toute rock'n'roll. un bon gig pour se mettre en jambes, avant la deuxième première partie (Parlor Snakes), mais pas un simple échauffement, J.O.F. a suffisamment de bons titres et de bonnes idées, en plus de l'attitude ad hoc, pour qu'on ait vite envie d'en savoir plus - je vais les suivre de près, désormais.. le titre ci-dessous, Fake Generation, est celui avec lequel les lillois on terminé leur set. De la graine de hit, non?

Jack's on Fire - Fake Generation

 

 


29 octobre 2019

Tonic Tuesday: Bob Seger & The Silver Bullet Band, Makin' Thunderbirds

Detroit, début des 80's. Bob Seger se souvient d'une conversation avec un groupe d'ouvriers retraités qui bossaient chez Ford, sur les chaînes de montage de Wixom, Michigan. La fierté et l'amertume de ces blue-collar workers qui se souviennent du dur labeur mais aussi des beautés sur roues qui résultaient de leur travail lui inspirent ce cool rocker, qui atterrira sur la face A de l'album The Distance, paru en 1982.

"..Now the years have flown and the plants have changed
And you're lucky if you work
The big line moves but you're lucky if you work
Back in '55
We were makin' thunderbirds.."

Bob Seger - Makin' Thunderbirds

Hey! Mine de rien, j'ai déjà posté un bon paquet de photos de T-Birds croisées dans la région, sur ce blog! Check'em out if you wish!

 

 

Posté par Southpaw à 11:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 octobre 2019

This Week's Music Video - The Coasters, Down In Mexico

Bon, alors bien sûr, la video de ce T.W.M.V. ne montre pas les Coasters en action, mais il y a malgré tout plein de bonnes raisons pour se la (re)visionner en ce début de semaine:

1/ l'excellente reprise de ce classique R'n'B par Nick Waterhouse et son sextet hier soir au Grand Mix à Tourcoing - juste avant Katchi - qui a une dernière fois envoyé le public en orbite (sold-out, le concert dans le tout nouveau et très chouette club du Grand Mix, et le groupe en grande forme et nettement plus swing et groovy qu'à Bruxelles il y a deux-trois ans).

2/ l'occasion de se re-titiller les papillles, les esgourdes et les nerfs optiques avec l'une des scènes cultes du Death Proof de Quentin Tarantino, grand film féministe et auto-érotique (si, si) truffé de références 100% Real Kewl Trash-approved. - si le son de la montée en régime d'un gros V8 des bonnes années vous réveille le bas-ventre, well.. you know what I mean.

3/ Stuntman Mike - ou plutôt Kurt Russell. Marmoréen, reptilien, badass..

4/ Vanessa Ferlito, petit sourire en coin, sa lapdance de la muerte, son short très short, son p'tit bedon et son joli nombril, et son interprétation du personnage de Arlene / Butterfly, qui se lâche à fond - grrl power! - dans cette scène mémorable.

L'original date de 1956, premier single pour les Coasters, jeune groupe de rhythm'n'blues / rock'n'roll / doo wop originaire de Los Angeles mais installé à New York, et premier hit dans la foulée, signé par les incontournables hitmakers Jerry Leiber & Mike Stoller. La version la plus connue - celle utilisée par Tarantino pour le soundtrack de son sixième film - date quant à elle de 1973 et figurait à l'origine dans l'un des best of du groupe.

The Coasters - Down in Mexico

death_proof 1

death-proof 2

death-proof 3

Coasters - Down In Mexico

 

coasters

26 octobre 2019

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: All The Time In The World + Gabrielle

Bon ben cette semaine a été très punk dans mes enceintes.. Après être retombé dans la marmitte mid-seventies pub/punk avec les 'Bishops et l'infernal quintet Bators/Chrome/Zero/Magnum/Blitz lundi et mardi dernier, on enfonce le clou chromé ce samedi matin avec un combo injustement oublié, The Nips, a.k.a. The Nipple Erectors (un nom unilatéralement désigné comme Meilleur Nom de Groupe Punk et Assimilé par un jury de une personne cette semaine dans mon salon), monté par Shanne Bradley et Shane MacGowan (Six ans avant que ce dernier ne co-fonde The Pogues) et auteur d'au moins deux classiques, le très power-pop Gabrielle (1979 - repris quelques années avant sa parution par Johnny Hallyday) et ce fantastique All The Time In The World, leur second single paru en 1978. Enjoy.

The Nips - All the Time in the World

The Nips - Gabrielle

CDWIKM-66a

 

 

Posté par Southpaw à 13:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 octobre 2019

Tonic Tuesday: The Count Bishops, Teenage Letter

Punk rock, pub rock, "street rock", en 1975, à Londres et un peu partout, c'était moins l'étiquette qui comptait que l'envie et la volonté du back to basics, aussi bien sur scène que dans le studio, façe à ce truc boursouflé, élitiste, nombriliste et prétentieux qu'était devenu le "Rock".. The Count Bishops, vigoureux quintet londonien biberonné au freakbeat rhythm'n'blues British et au garage punk US n'avait pas d'autre ambition que de revivifier le rock'nroll, d'en faire à nouveau un trux excitant, lean, mean and nasty, comme leur collègues Doctor Feelgood ou Eddie & The Hot Rods. Mission accomplie dès Speedball, leur premier EP 4-titres, également le tout premier vinyle paru sur Chiswick Records, jeune label dévoué à la cause. A coup d'originaux rentre-dedans et de reprises survitaminées - tel ce Teenage Letter écrit par Big Joe Turner et déjà revisité par Jerry Lee Lewis, The Sorrows et un paquet d'autres auparavant - les Count Bishops ouvraient la voie au Clash et aux Pistols..

Count Bishops - Teenage Letter

Posté par Southpaw à 13:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


21 octobre 2019

This Week's Music Video - Dead Boys, Sonic Reducer

Pas plus de trois minutes de pure rage, un condensé jubilatoIre de frustration et d'énergie, tension / compression / explosion, on est en 1977 au CBGB's, 315 Bowery, Manhattan, The Dead Boys viennent de migrer de Cleveland, Ohio, à NYC, et définissent quasiment à eux seuls les canons du punkrock. Sonic Reducer, ain't no loser..

Dead Boys - Sonic Reducer

Posté par Southpaw à 10:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 octobre 2019

Des concerts plutôt kool en ce moment dans le Nord - Check these out.

Bror Gunnar Jansson dimanche dernier à Baisieux en formation à géométrie variable, trio guitare-basse-batterie sur les titres plus rock'n'roll de They Found My Body In A Bag, son (excellent) dernier album en date, avec un insert one-man band comme à l'Aéronef il y a deux ans pour la partie blues atmosphérique / hanté au feeling David Lynchien très "cinématographique".

Bror Gunnar Jansson @ Baisieux 13 10 19 2

Bror Gunnar Jansson

Un très chouette gig. Pareil avant-hier soir à Béthune au Poche, avec un Gaspard Royant en grande forme et en formation minimaliste duo voix & guitare d'un côté, piano de l'autre, pour un set composé de nouveaux titres "tristes et écrits pour la fin du monde" et de réinterprétations au plus près de l'os de quelques-uns de ces titres emblématiques, ce qui nous a permis de vérifier que l'esthète parisien de Haute Savoie était non seulement un entertainer de première et un real kewl animal de scène, mais aussi un sacrément bon songwriter, doté en outre d'un goût très sûr (reprise-hommage du The Story of an Artist de Daniel Johnson en guise de rappel).

Gaspard Royant - Here For Nobody

Gaspard Royant - The Story of an Artist

Jonathan Jeremiah @ Aeronef 19 10 19

Jonathan Jeremiah

Bror Gunnar Jansson @ Baisieux 13 10 19 3

Bror Gunnar Jansson

Jonathan Jeremiah - Happiness

Côté songwriting de qualité, il avait aussi de très bonnes tunes hier soir avec le court gig de Jonathan Jeremiah pour les 30 ans de l'Aéronef. 45 minutes essentiellement consacrées au dernier lp, en format réduit à cinq musiciens, sans la section de cordes et les choristes qui l'accompagnait au Botanique à Bruxelles il y a huit mois. Et côté concerts à venir, y'a encore de quoi faire! Ce soir The Dream Syndicate au 4AD à Diksmuide, Nick Waterhouse dimanche prochain au Grand Mix à Tourcoing, les Detroit Cobras aux 4 Ecluses à Dunkerque le 27 octobre (et The Briefs au même endroit le mardi 10 décembre), The Lizards à L'Imposture à Lille le 30 octobre, et The Darts à la Manufacture, Saint Quentin, le 2 novembre.. Et en écho au Dream Syndicate, The Long Ryders, autre groupe vétéran de la scène paisley underground de Los Angeles au début des 80's, passera pas trop loin de chez nous, à Leffinge, au De Zwerver le 3 novembre prochain.

Detroit Cobrasdarts 2

lizards tour

Darts

The Darts

Nick-Waterhouse-Portada

 Nick Waterhouse

Posté par Southpaw à 08:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 octobre 2019

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Restless b/w Shake Up + Fuquawi

Une parenthèse instro surf garage dans la riche carrière rhythm'n'blues, funk & soul de Steve Cropper, l'homme derrière Booker T & The MG's, The Mar-Keys, et une bonne partie du son Stax, avec ce single signé The Cobras, en 1964. et en bonus une autre petite perle des MG's justement, intitulée Fuquawi et parue en '71 toujours sur le mythique label de Memphis fondé en 1959 par Jim Stewart et sa soeur Estelle Axton. Enjoy.

The Cobras - Restless

The Cobras - Shake Up

Steve Cropper

Booker T. & The MG's - Fuquawi

 

15 octobre 2019

Tonic Tuesday: Macy Skipper + The Cramps, Bop Pills

1956, Memphis, Sun Studios. Macy "Skip" Skipper, originaire de Saint Louis, enregistre quelques démos, dont ce pétillant Bop Pills, pour Sam Phillips, mais aucun disque ne résultera de ces sessions. 33 ans plus tard, les Cramps livrent leur version voodoobilly de cette obscure pépite aux masses de fans avides et autres teenage werewolves en mal de pilules du bonheur.. Stay Siiiiick!

Macy Skipper - Bop Pills

The Cramps - Bop Pills

Posté par Southpaw à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 octobre 2019

This Week's Music Video - Mick Medew & The Mesmerisers, Open Season

Mon amour du rock'n'roll australien a commencé il y a plus de quarante ans, avec la découverte, alors que je n'étais encore qu'un pré-ado boutonneux et antisocial (tupertonsanfroid!), du maelström Radio Birdman, via quelques cassettes pirates bien pourries vendues à la sauvette dans la cours de récré. Puis quelques années plus tard ce fut le choc Citadel Records, avec ces fabuleux 45trs de toute une floppée de groupes inconnus par chez nous qui semblaient partager une même passion intacte pour la chose, au delà de chapelles et des effets de modes, et surtout bien loin de la new wave européenne qui me sortait par les trous de nez.. Parmi tous ces groupes tous aussi intriguants les uns que les autres, The Screaming Tribesmen fut l'un des plus marquants, grâce notamment à un titre absolument fabuleux, Igloo, devenu depuis un hymne et une référence absolue du oz rock des 80's.

C'est donc avec beaucoup de plaisir qu'on découvre ce nouvel album de Mick Medew, l'homme à l'origine des 'Tribesmen, toujours actif (même si si c'est à un rythme très laidback) et toujours convaincu que le rock'n'roll est un état tout ce qu'il y a de plus naturel et une pratique digne d'être partagée avec le plus grand nombre. Son dernier combo en date s'appelle The Mesmerisers, l'album, très pop (tendance power), s'intitule Open Season, et il mérite le détour!

 Mick Medew and The Mesmerisers - Open Season