16 juin 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Low Rider

Aucun titre n'est plus emblématique de la culture low rider que ce classique signé War, le fameux groupe multi-ethnique de Long Beach, California, et, bien au delà des si riches sous-cultures automobiles nord-américaines, de la culture hispanique west-coast en général. Un véritable hymne chicano qui n'a pas pris une ride, et qui en même temps nous catapulte way back in the 1970's (le single est sorti en 1975) au son Funk / Soul / Latin Jazz / rock fusion avant l'heure de ce combo qui n'était, à ses débuts cinq ans plus tôt, "que" le projet du producteur Jerry Goldstein et de l'ex-chanteur des Animals, Eric Burdon (On en reparlera). En attendant, check deez hydraulics, baby, and don't forget, low and slow is da way to go...

War - Low Rider

Posté par Southpaw à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


09 juin 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Hurt by Love

1977! Chris Spedding a 33 balais et une déjà belle carrière de session guitarist réputé et recherché derrière lui, et tente à nouveau le coup de l'album solo histoire d'essayer une fois de plus de décrocher la timbale auprès du grand public. Encore raté, mais Hurt, l'album, a depuis trouvé sa place de choix dans toute collection r'n'r digne de ce nom, et Hurt By Love, le titre - faux hymne à l'amùùùr et joyeux clin d'oeil BDSM - est devenu un classique power pop incontournable. Enjoy.

Chris Spedding - Hurt By Love

Posté par Southpaw à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 juin 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: You Really Got Me

En 1974, Jesse Hector rock'n'roll autour de Londres depuis déjà presque vingt ans, et en grand amoureux du binaire primaire décide de rendre hommage aux Kinks et à Ray Davis, qui a pondu You Really Got Me pile-poil dix ans auparavant. Ce sera le premier single de son nouveau power trio, The Hammersmith Gorillas, look prolo glam et rouflaquettes d'anthologie, quelques titres entrés depuis dans le panthéon du punk et du pubrock British, et puis s'en vont. Reste aujourd'hui cette excellente version du mythique classique protopunk garage rock'n'roller des Kinks, moins nerveuse mais plus chop-chop-chop et hard-rockin' que l'original. Enjoy.

The Hammersmith Gorillas - You Really Got Me

Posté par Southpaw à 07:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 mai 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Promised Land

USA, 1962. Chuck Berry est condamné à trois ans de prison pour avoir franchi la frontière entre deux états en compagnie d’une jeune fille de 14 ans, ce qui est automatiquement assimilé à de la prostitution et à du trafic d’êtres humains. Pendant son séjour derrière les barreaux, il écrit plusieurs titres pour ce qui deviendra St Louis to Liverpool, son album sorti fin ‘64.

Promised Land, le premier single issu de l’album, est inspiré pour la mélodie de la folksong traditionnelle Wabash Cannonball et raconte le périple d’un «poor boy» (comprendre: un noir) qui quitte Norfolk, Virginia, et après bien des déboires et des péripéties (évoqués en un minimum de mots – le "Greyhound" rappelle les Freedom Fighters qui descendaient dans le Sud Profond aider les activistes des droits civiques, et la "struggle" fait écho aux agissements racistes de Bull Connor, l’abominable chef de la police de "Birmingham, Alabam’ "), arrive finalement à rejoindre la Californie, la fameuse Terre Promise du Rêve Américain, loin de la tension raciale qui empoisonne le mouvement déségrégationniste du Sud.

Louisianne, 1970. John Allen Guillot, un Cajun né dans une famille de musiciens, est depuis plusieurs années déjà devenu Johnnie Allan, l’un des rois du rock’n’roll louisianais et le progéniteur numero uno du Swamp Pop, ce genre musical typique de la Louisiane, à base de rock’n’roll infusé dans la musique acadienne traditionnelle et francophone.

Sa reprise du classique de Berry est pour beaucoup supérieure à l’original, et, si elle repousse les références historiques en arrière-plan, c'est pour mieux se focaliser sur la joie pure que procure le voyage et le simple plaisir du mouvement. Et en ce qui me concerne, c’est le genre de trucs qui me téléporte direct au milieu des bayous un chaud samedi comme aujourd’hui, à quelques heures d’un fais do-do ou je pourrais danser toute la nuit avec Evangéline après un bon jambalaya et quelques canettes d’Abita...

Enjoy.

Johnnie Allan with Belton Richard on Accordion - Promised Land

 

 

 

19 mai 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Frying Pan

Hey, c'est l'heure du brunch du début de weekend, alors on sort la poêle à frire pour le bacon et l'omelette et on pose le saphir sur le Frying Pan de Captain Beefheart & His Magic Band ("Out of the frying pan and into the fire, anything you say they's gonna call your a liar!"). Le single, Moonchild, date de 1966, c'est le premier du groupe, quelques mois avant le hit Diddy Wah Diddy et le premier lp Safe as Milk, et même si on est loin des futurs délires de Don Van Vliet avec ou sans Zappa, c'est déjà du solide rock'n'roll rhythm'n'booze de haute tenue! Enjoy the p'tit déj.

Captain Beefheart & His Magic Band - Frying Pan


28 avril 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Love Charms

Enfin "jumpstart" en douceur, hein, mais je suis certain que ce titre va vous avoir à l'usure, sur le weekend! Normal, ce Love Charms, second single issu de l'unique album (1959) de la teenpop singueuse Diane Maxwell, est suffisamment ensorcelant et chaloupé pour se loger durablement entre les esgourdes.. 

Diane Maxwell - Love Charms

Posté par Southpaw à 07:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 avril 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: The Land That Time Forgot

Donc, le pilote, qui vole pour la CIA, se retrouve inopinément pris dans un étrange vortex spatio-temporel, qui recrache sans prévenir son coucou en perdition au dessus d'une contrée étrangement étrangère, jungle et volcans à perte du vue et instruments de bord définitivement out. Il se crashe, s'extirpe des débris de l'appareil avec quelques rations de survie et son Colt 45, et commence à progresser au coeur de la jungle en question, lorsque, soudain, il entend un abominable grognement.. et aperçoit un paquet de nanas absolument somptueuses poursuivies par un dinosaure aussi maousse que mal-intentionné. En bon gentleman, il décide d'intervenir, abat le "reptile" avec son six-coups et se retrouve vite entouré d'une horde de 48 (!) amazones, bien décidées à le remercier. et comme les amazones en question know how to shake it, what a way to die, il meurt le sourire aux lèvres in the land that tIme forgot.

Un chouette clin d'oeil à la série B de 1975 signée Kevin Connor et au bouquin de Edgar Rice Burroughs (sans oublier Jules Verne, et le premier lp des Hoodoo Gurus!), et un de mes titres favoris des excellents Kryptonics, groupe phare de la scène de Perth dans les années '80 et l'un des tous meilleurs combos power pop garage punk australiens toutes générations confondues, avec ici une version live brut de décoffrage de cette géniale piste issue d'un de leurs singles, que j'avais pour ma part découvert à l'époque via l'excellente compil' I could'a been a contender parue sur Waterfront Rds en 1989. Enjoy.

The Kryptonics - The Land That Time Forgot

kryptonics

14 avril 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: We deserve a happy ending

Celle-là vous aller la siffloter non-stop pendant tout le weekend.. ça faisait un p'tit bout de temps qu'on avait pas eu de nouvelles du Rev Peyton et de son Big Damn Band et on est content de les retrouver avec leur dernier opus en date, Front Porch Sessions. Pour patienter en attendant un nouveau Euro tour dans les mois qui viennent? La dernière fois, c'était au Roots & Roses et c'était chaud!

Reverend Peyton's Big Damn Band - We Deserve a Happy Ending

07 avril 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Roots & Roses

Et devinez qui a enregistré la signature song de la 9ème édition du Roots & Roses Festival cette année?! The Darts, pardi! Ce muy calliente all-girl garage-band from Phoenix /L.A. débarque pour sa première tournée européenne cet été et, à défaut de pouvoir reluquer de près (j'assume l'expression, le côté eye candy / ultra-sexy en nuisette fait délibérément partie de l'identité du groupe) ces quatre tigresses dans leur habitat naturel (que j'imagine être une petite scène dans un bar moîte et surchauffé), on aura l'occasion de suer sur leur garagepunk teinté psyché par deux fois dans la région, le premier weekend de juillet au Sjock à Gierle (le samedi, avec les Lords Of Altamont! - Kooool....) mais aussi et surtout dans un peu moins d'un mois à Lessines, au Roots & Roses, ce fameux petit-mais-déjà-grand festival qui monte, qui monte, qui monte et qu'on suit avec bonheur depuis déjà quelques années.

On commence d'ailleurs aujourd'hui avec ce poste un petit Countdown to Roots & Roses, histoire de découvrir un peu plus en détail la chouette prog du 1er mai prochain..

The Darts - Roots & Roses

Darts 1

RnR

31 mars 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Baby Don't Go

L'autre hit de Cherilyn Sarkisian et Salvatore Bono, enregistré en 1964, juste avant I got you Babe mais qui fut un vrai carton après le succès de ce dernier un an plus tard. Besoin de good vibes pour commencer ce long weekend en douceur.. Enjoy.

Sonny & Cher - Baby Don't Go

Posté par Southpaw à 09:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,