05 mai 2018

Roots & Roses 2018 - le compte-rendu (part 1)

Première surprise en arrivant sur le site du festival cette année: le nombre de tentes et de stands a notablement augmenté, et en plus des incontournables vendeurs de fringues, bijoux et vinyles on peut aller goûter et se renseigner sur les productions locavores, bio et autres, et entamer l’apéro en toute bonne conscience à coups de bière locale ou de shots de White Rootsian, version lessinoise, équitable et ad hoc du White Russian cher au Big Lebowski!

IMGP2682Dead Bronco

IMGP2691

Mais faut assurer en termes de tempo, et arrivé presque à la fin du set de Yak, jeune trio anglais garunge et turbulent (mais classe, fallait oser balancer sa guitare dans le public et laisser le soin à un spectateur d’exécuter le solo du dernier morceau..), on a juste le temps de se précipiter au pied de la scène Roots pour découvrir Dead Bronco en live. Ce gang de Bilbao mené par le floridien Matt Horan annonce un mix à priori détonant à base de swamp country punk goguenard et de hardcore sanguin, qu’ils ont d’ailleurs rebaptisé Americana Sludge, et effectivement ça démarre fort, ça saute dans tous les sens et ça mouille le maillot (enfin façon de parler, le combo se retrouve torse nu - beaux tatouages - au bout de deux morceaux..), mais j’ai du mal à accrocher: pas assez de titres vraiment saillants et un léger problème de timing à cette heure encore matinale empêchent le gig de décoller vraiment, et au bout de quelques morceaux je préfère aller casser la croûte après un petit détour par la scène Roses ou le monolithe Fifty Foot Combo commence son set à fond de train.

IMGP2716

Fait beau, le soleil brille, les nuages ne font que passer et je me dis pendant qu’on s’installe face à nos assiettes que ce festival a définitivement un truc particulier: une espèce de feelgood vibe indéfinissable mais bien réelle qui se reflète sur les visages ouverts et réjouis autour de moi et dans les attitudes anti-bullshit des festivaliers, une ambiance bon enfant, voire familiale, qui fait autant partie de l’ADN du festival que le concept «formes modernes de folk, blues, rock’n’roll, garage» qui lui sert d’étendard.

J.D. Wilkes & Legendary Shack Shakers @ Roots & Roses 2018

Bon, cépatouça mais faut pas trop tarder à regagner le chapiteau Roots, si on veut profiter du gig de J.D. Wilkes, de retour au R&R avec ses Legendary Shack Shakers en backing band, avant la très attendue brochette Darts / Left Lane Cruiser, dans la foulée. Mais first things first, un passage par le stand de La Trompeuse s’impose! Gouleyante et bien équilibrée la 33cl. se laisse déguster sur la longueur et s’avère un digestif tout à fait adéquat pour accompagner J.D.Wilkes et son retour aux racines Americana, un virage souhaité si on en croit ses interviews récents. Et ma fois, ça marche encore mieux que LSS tout court, à quatre sur le stage avec drumkit minimal, contrebasse slappée et guitare rockab’ / slide très en avant, plus le J.D. qui se lâche en version bateleur de foire tout en grimaces et gesticulations pour un show ultra énergique et entraînant. C’est très bon, tout ça!

 

03b

Le gig à peine terminé je me faufile jusqu’au pied de l’autre scène, damned, la fosse photographes est bondée – on se demande pourquoi (grin..) - oh yes, The Darts, Baby! La température est montée d’un coup, et je ne parle pas de la météo locale, hein! Faut dire que les quatre Fléchettes jouent à fond la carte rock’n’roll gurls ultra-sexuées, look d’enfer et poses félines, et y prennent manifestement plaisir en plus! Mais attention, ladies and gents, on est plus près de Tura Satana dans Faster Pussycat, Kill, Kill! que de l’inepte, inoffensive et stupide final girl d’un quelconque slasher movie, ces filles-là vous briseraient en quatre à la moindre esquisse d’un geste déplacé. Ceci-dit, c’est pas le genre de la maison, ici, on peut être libidineux mais on en est pas moins classieux, pas de wolf-whistles mais un intérêt poli pour un garage-punk honnête mais pas renversant non plus. Le quatuor s’en sort mieux sur les mid-tempos venimeux à la Fuzztones de la grande époque que sur les garage-punkers plus basiques, à cause, encore une fois d’un manque de titres suffisamment marquants pour susciter un réel enthousiasme.

01b  The Darts  02b

Un poil déçu, donc, mais je leur donne quand même des points pour la patate et l’attitude en me disant qu’avec un peu de boulot sur les compos le groupe pourrait aisément se hisser au niveau des Love Me Nots, le groupe originel de la chanteuse-claviériste Nicole Laurenne.

IMGP2905

IMGP2892

Left Lane Cruiser en ligne de mire, maintenant, en plein milieu d’après-midi, les matchs de catch vont bon train entre les trois tentes, et le festival bat son plein. Bon, je ne répéterai pas tout le bien que je pense du duo de Fort Wayne, Indiana – ah ben si, tiens, c’est fait – et je me contenterai de préciser que même sous chapiteau, à l’heure de la sieste, ces deux types déchirent!!! C’est tight, c’est puissant, et la voix de Joe Evans est tellement râpeuse qu’elle pourrait dézinguer un gruyère entier à plus de trois mètres… Good Golly...

IMGP2927

 (To be continued..)

06

 

 


27 avril 2018

Countdown to Roots & Roses #9: Guadalupe Plata + J.D. Wilkes and the Legendary Shack Shakers + Left Lane Cruiser

Roots & Roses #9 approche, encore quatre jours et il sera temps de grimper sur votre monture favorite et de la pointer en direction de Lessines! Trois groupes dans le countdown d'aujourd'hui. Tout d'abord, Guadalupe Plata, trio ibère en provenance d'Andalousie mais semble-t-il délibérément coincé dans une dimension parallèle ou se téléscopent références locales et blues-rock sulfureux, revisités film soundtracks à la David Lynch en espanol. C'est parfois très addictif sur disque (4 albums à ce jour), parfois déroutant aussi, et j'attends de voir sur scène pour me faire une opinion définitive.

Guadalupe Plata - Qué He Sacado Con Quererte (aka Violeta Parra)

Ensuite, un shot promis d'Americana en V.O. cette fois-ci, avec le retour de J.D. Wilkes et de ses Legendary Shack Shakers en backing-band.. pas juste "The Legendary Shack Shakers", donc, et la nuance est de taille: pas de cowpunkabilly débridé cette année, mais plutôt un retour souhaité aux sources et donc un gig nettement plus roots à priori - prometteur.

J.D. Wilkes - Willow Garden (Suitcase Sessions)

Et bien sûr le plaisir de recroiser Left Lane Cruiser et leur Hillgrass Bluebilly punk'n'roll, parfaitement dans son environment au Roots & Roses. Ils nous avaient laissé sur le cul il y a quelques mois à l'Aéronef.. Une p'tite piqûre de rappel? Sure, mate, click on da pix below!

LLC R&R18

 

 

 

Posté par Southpaw à 01:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

23 avril 2018

This Week's Music Video / Countdown To Roots & Roses #9 - The Blasters, Marie, Marie

On pourrait presque croire que l'expression "Americana" a été créée pour définir la musique de The Blasters.. En pleine explosion punk, le combo angelano, contemporain des Cramps, du Gun Club, de X et de Black Flag, avait en 1978 préféré la trompeuse simplicité d' "American Music" et avec le recul, on a pu, via les parcours respectifs des frangins Phil et Dave Alvin, se rendrent compte à quel point leur amour immodéré du rock'n'roll originel, du blues, de la country et des autres roots de la musique populaire états-unienne collait à l'idée d'une certaine amérique, celle dont on continue d'aimer l'idée fantasmée malgré ses dérives passées et présentes.

The Blasters seront l'une des têtes d'affiche de la neuvième édition du Roots & Roses la semaine prochaine - yes, the clock is tickin'! - et en attendant, trois vidéos youtubées histoire de patienter, dont leur hit Marie, Marie en live en '85 (que j'avais découvert via une reprise par les anglais de Matchbox en '80 (sur l'album Midnite Dynamos), avant de tomber sur l'original par la même occasion dur le reste de leur discographie). Get Ready et rendez vous le premier mai prochain à Lessines à partir de 11h du matin!

The Blasters - Marie Marie (Live at Farm Aid 1985)

The Blasters, Dark Night

Dave and Phil Alvin "All By Myself" and "Key To The Highway"

blasters 1

14 avril 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: We deserve a happy ending

Celle-là vous aller la siffloter non-stop pendant tout le weekend.. ça faisait un p'tit bout de temps qu'on avait pas eu de nouvelles du Rev Peyton et de son Big Damn Band et on est content de les retrouver avec leur dernier opus en date, Front Porch Sessions. Pour patienter en attendant un nouveau Euro tour dans les mois qui viennent? La dernière fois, c'était au Roots & Roses et c'était chaud!

Reverend Peyton's Big Damn Band - We Deserve a Happy Ending

11 avril 2018

Countdown to Roots & Roses #9 - Dead Bronco, False-Hearted Lover's Blues + Keg Stand

Pour le deuxième épisode de notre Countdown to Roots & Roses cette année, on quitte la scène "Roses" et les fleurs vénéneuses de The Darts pour évoquer l'un des combos qui enflammeront à coup sûr la scène "Roots" le 1er mai prochain à Lessines. From Spain mais in Inglés, le cowpunk countrybilly de Dead Bronco, à l'heure du deuxième apéro (12h55!), devrait faire son p'tit effet euphorisant et déclencher quelques Yeehaws enjoués. Le combo Américano-Basque de Bilbao a déjà cinq albums sous la ceinture, un amour invétéré pour les racines Americana, et un don certain pour démontrer qu'on peut avoir la classe les deux pieds dans la bouse ou au volant d'un tracteur vintage. Deux vidéos histoire de se mettre l'eau - pardon, la boisson locale et néanmoins alcoolisée à base de houblon - à la bouche (tiens, au fait, ce sera quoi cette année la bière officielle du Fest?), et deux titres issus respectivement de leur premier et troisième albums (In Hell, 2013,  et Bedridden & Hellbound, 2017).

Dead Bronco - False Hearted Lover's Blues

Dead Bronco - Keg Stand

Plus d'infos sur le site et le FB du Roots & Roses ici et ici!

Posté par Southpaw à 06:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,


17 mars 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: It Was Fun While It Lasted

Un petit déjeuner Tex-Mex pour se réchauffer ce matin avec Doug Sahm et son Sir Douglas Quintet. C'mon et enjoy ce très primesautier It was fin while it lasted, extrait de Border Wave (1981), treizième album du gang de San Antonio, Texas. Et en bonus, une vidéo datée de 1969 avec l'un de ses classiques, Mendicino, juste après une interview avec Hugh "Playboy" Hefner, en présence, entre autres, de l'acteur britannique Michael Caine (en haut à gauche, au début).. J'adore le look de Doug Sahm!

Sir Douglas Quintet - it was fun while it lasted

Sir Douglas Quintet - Mendocino

doug-sahm 69

 

 

 

13 mars 2018

Tonic Tuesday: Hoyt Axton, California Women

Quand on a une mère qui a en partie écrit Heartbreak Hotel pour Elvis, y'a de fortes chances que ça laisse des traces, et qu'on soit soi-même capable de pondre quelques bons morceaux. C'est le cas de Hoyt Axton, que j'ai découvert via ce sautillant California Women, l'une des très nombreuses pépites issues de l'excellente compilation Country Funk VoL.2, 1967 - 1974 parue il y a quatre ans sur le label de Seattle Light In the Attic. So stick your toes in the sand and enjoy.

Hoyt Axton - California Women

Posté par Southpaw à 18:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

19 février 2018

This Week's Music Video - Linda Ronstadt, You're no good

Un des plus gros hits de Linda Ronstadt au milieu des 70's, cette cover d'un titre R&B bien chaloupé de Dee Dee Warwick, datant de 1963 et déjà envoyé au sommet des charts cette même année par Betty Everett, est depuis devenue grâce à la Linda un standard country pop incontournable. J'aime bien des trois versions, pour des raisons différentes. Enjoy.

Linda Ronstadt - You're No Good

Posté par Southpaw à 06:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 février 2018

This Week's Music Video - Tony Joe White, Polk Salad Annie

1969. Tony Joe White, 26 ans, cartonne avec Polk Salad Annie, une superbe piste 100% pure swamprock enregistrée à Muscle Shoals quelques mois plus tôt pour son tout premier album, Black & White. Tom Jones puis Elvis lui-même s'emparent du titre et contribuent à en faire le classique 70's qu'on connait aujourd'hui.

1er mai 2018. Tony Joe White sera en tête d'affiche du Roots & Roses Festival de Lessines, avec les Blasters, The Black Lips, Tjens Matic, Left Lane Cruiser, The Darts, King Khan et un paquet d'autres cools bands! Yeahup!!

Tony Joe White - Polk Salad Annie

Tony Joe White - Polk Salad Annie

tjw at rr18

 

Posté par Southpaw à 15:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,