29 juin 2019

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Poor Until Payday

Poor until Payday? Pas si grave tant qu'on a le bon Reverend Peyton et son Big Damn Band (Breezy à la washboard et Max au drumkit) pour preacher la bonne parole blues & country, finger-pickin' style, depuis leur fief de Brown County, Indiana..

Un extrait de leur cinquième, éponyme et néanmoins excellent dernier long-play en date, paru fin 2018. Enjoy.

Reverend Peyton's Big Damn Band - Poor Until Payday

paydayvinyl-1

 


11 février 2019

This Week's Music Video - The Be Good Tanyas, When Doves Cry

Crossover Canada / Americana ce matin avec ce trio féminin de Vancouver qui tricote depuis 1999 et avec talent un folk matiné de bluegrass, de country et autres influences roots, et dont les compos apparaissent régulièrement dans les bandes-sons de séries tv comme Weeds ou Breaking Bad. En tant que groupe The Be Good Tanyas semble plutôt en sommeil depuis quelques années, mais les membres du trio continuent une carrière solo et retravaillent ensemble à l'occasion. Une cool piste de leur troisième album, Hello Love (2006) à enjoyer, avec une chouette vidéo en prime.

Be Good Tanyas - When Doves Cry

Posté par Southpaw à 09:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 janvier 2019

This Week's Music Video - The Sadies, Postcards + Cutting Corners

On avait découvert The Sadies il y a quelques années via leur collaboration avec André Williams, mais le prolifique combo canadien (de Toronto) n'a pas collaboré qu'avec le tombeur de ces dames! Neko Case, John Doe (X), Jon Langford (The Mekons) ont aussi croisé la route des quatre membres de la famille Good, et bien entendu le groupe a gravé sous son nom propre une bonne dizaine d'albums entre 1998 et aujourd'hui. Au programme, un mix original d'alt country, de cowpunk gothique et de rock'n'roll épique nourri d'Americana, qu'on pourra savourer - ça y est, c'est confirmé! - le premier mai prochain à lessines, puisque le quatuor sera à l'affiche de la prochaine édition du Roots & Roses, et ça c'est kewl!

The Sadies - Postcards

The Sadies - Cut Corners

 

 

Posté par Southpaw à 04:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

29 octobre 2018

This Week's Music Video - Dolly Parton, Jolene + Joshua

Et donc je réécoute The Many Moods of Ben Vaughn (le podcast d'il y a deux semaines - excellent, comme d'hab'), et je re-craque comme à chaque fois sur le Jolene de Dolly Parton, un de mes all-time favourites de la miss, publié en 1973 en single et sur l'album du même nom, et qui a connu une nouvelle jeunesse début 2000 grâce aux reprises live et studio des White Stripes. Un titre qui à chaque fois me fait irrésistiblement penser au Ne me quitte pas de Jacques Brel, tant la peur panique d'être définitivement abandonné(e) par l'être aimé transparaît dans les paroles des deux chansons, même si l'approche et le traitement sont bien sûr radicalement différents. Dolly supplie sa flamboyante rivale de ne pas lui piquer son homme, Brel supplie sa femme de ne pas le laisser, et les deux personnages oublient leur amour propre et abandonnent toute dignité et toute retenue pour supplier et supplier encore.. Sublime.

En bonus la cover des 'Stripes en version live hardcore et une autre perle signée Dolly Parton, Joshua, live en 71 au Grand Ole Opry, pour le plaisir des oreilles et des yeux..ah! les costards de Porter Wagoner et de son band, et la choucroute blonde ultra-laquée de Dolly! Lovely.

Dolly Parton - Jolene

The White Stripes - Jolene

Dolly Parton - Joshua

Posté par Southpaw à 09:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 octobre 2018

This Week's Music Video - Nine Pound Hammer, Stranded outside Tater Knob

Bon, je triche un peu ce matin, but I'm in a country punk kinda mood et je n'ai pas trouvé de vidéo assez cool à mon goût pour célébrer le réjouissant mauvais esprit et la gouaille décapante de Nine Pound Hammer, le combo hardcore hillbilly cowpunk pré-Nashville Pussy de Blaine Cartwright & co basé à Owensboro, Kentucky. Du coup, deux versions différentes mais tout aussi goûtues l'une que l'autre de leur Stranded outside Tater Knob, dont l'original figure sur leur classique second album, Hayseed Timebomb (tiens, ça ferait un bon nom de groupe, ça, non?) paru en 1994 sur Crypt Records. Enjoy (with or without a copy of JuGGs Magazine).

Nine Pound Hammer - Stranded Outside Tater Knob

Nine Pound Hammer - Stranded Outside Tater Knob

Posté par Southpaw à 04:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 septembre 2018

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Rebel Within

Le truc qui vous reste collé entre les deux esgourdes pour tout le weekend si vous avez l'idée géniale de le passer en début de matinée! Hank Williams III, son insurgent hillbilly country punkcore hargneux et incisif, et le fantôme de son illustre grand-père jamais très loin.. Un titre extrait de son cinquième album éponyme, paru en 2010. Enjoy.

Hank Williams III - Rebel Within

Posté par Southpaw à 04:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

23 juillet 2018

This Week's Music Video - The Nude Party, Chevrolet Van

Pour tailler les open roads de l'America du T.W.M.V. de la semaine dernière, quoi de mieux qu'un bon vieux Chevrolet Van, un cassette deck ou un lecteur 8-pistes et le country rock'n'roll Stonien de The Nude Party sortant des hauts-parleurs.. And I wish I had a (better) job pour transformer ce fantasme en réalité, mais en attendant je get my kicks avec cet excellent debut album paru cette année sur New West Rds, après un premier EP en '96. Né en 93 au coeur des Blue Ridge Mountains en Caroline du Nord, ce jeune sextet c'est rapidement forgé un nom - et un sobriquet - grâce leur propension au désapage éclair et néanmoins ludique dès qu'ils prenaient en mains leurs instruments (de musique, hein..) et surtout leur rock'n'roll gorgé de hooks sous influences British Invasion revisitées Southern.

Quelques touches de Surf, de garage, de Jonathan Richman, de ? and the Mysterians, un humour pince-sans-rire et du groove, des supers compos (Records, - "I don't need your love, I just need my records, I don't need your affection, all I need is my bootleg collection" - le meilleur nouveau titre des Rolling Stones de cette année!), bref, on est ravi de la découverte (Merci Ollie!) et on recommande! Enjoy, and drive naked.

The Nude Party - Chevrolet Van

Posté par Southpaw à 07:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

17 juillet 2018

Tonic Tuesday - The Long Ryders, Looking For Lewis & Clark

1985 fut une GRANDE année pour le rock'n'roll !!! Un exemple (de plus..)? State Of Our Nation, deuxième album de The Long Ryders et l'un des classiques oubliés de la décennie. Allez hop, on retourne à la recherche des fameux explorateurs cartographes avec Sid Griffin et son gang, et on enjoy the ride..

The Long Ryders - Looking for Lewis and Clark

Posté par Southpaw à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 juin 2018

Tonic Tuesday - Rhythm Sophie, Got a lot of rhythm in my soul + Weather Man

Rhythm Sophie, c'est souvent la moitié féminine des vocaux de Sonny & His Wild Cows, combo hongrois basé à Budapest et vétéran de la scène rockabilly revival depuis bientôt 20 ans. Mais la miss Sophie à bien d'autres cordes à son arc au delà du rockab', et ce qu' elle enregistre et poste régulièrement sur Youtube vaut franchement le détour - dans un registre traditionnel mais large - du swing au country and western en passant par le rhythm'n'blues. Sacrée voix, et du matériel original qui mériterait bien un album solo! Check her out.

Rhythm Sophie - Got a lot of rhythm in my soul

Rhythm Sophie - Weather Man

En fait la miss a déjà sorti un lp solo il y a trois ans sur Rydell's Records, un debut lp intitulé Born to live the blues gorgé de rhythm'n'blues et de 50's rock'n'roll pétillant à souhait, tout à fait digne d'intérêt!

r sophie lp

Posté par Southpaw à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 mai 2018

Roots & Roses 2018 - le compte-rendu (part 1)

Première surprise en arrivant sur le site du festival cette année: le nombre de tentes et de stands a notablement augmenté, et en plus des incontournables vendeurs de fringues, bijoux et vinyles on peut aller goûter et se renseigner sur les productions locavores, bio et autres, et entamer l’apéro en toute bonne conscience à coups de bière locale ou de shots de White Rootsian, version lessinoise, équitable et ad hoc du White Russian cher au Big Lebowski!

IMGP2682Dead Bronco

IMGP2691

Mais faut assurer en termes de tempo, et arrivé presque à la fin du set de Yak, jeune trio anglais garunge et turbulent (mais classe, fallait oser balancer sa guitare dans le public et laisser le soin à un spectateur d’exécuter le solo du dernier morceau..), on a juste le temps de se précipiter au pied de la scène Roots pour découvrir Dead Bronco en live. Ce gang de Bilbao mené par le floridien Matt Horan annonce un mix à priori détonant à base de swamp country punk goguenard et de hardcore sanguin, qu’ils ont d’ailleurs rebaptisé Americana Sludge, et effectivement ça démarre fort, ça saute dans tous les sens et ça mouille le maillot (enfin façon de parler, le combo se retrouve torse nu - beaux tatouages - au bout de deux morceaux..), mais j’ai du mal à accrocher: pas assez de titres vraiment saillants et un léger problème de timing à cette heure encore matinale empêchent le gig de décoller vraiment, et au bout de quelques morceaux je préfère aller casser la croûte après un petit détour par la scène Roses ou le monolithe Fifty Foot Combo commence son set à fond de train.

IMGP2716

Fait beau, le soleil brille, les nuages ne font que passer et je me dis pendant qu’on s’installe face à nos assiettes que ce festival a définitivement un truc particulier: une espèce de feelgood vibe indéfinissable mais bien réelle qui se reflète sur les visages ouverts et réjouis autour de moi et dans les attitudes anti-bullshit des festivaliers, une ambiance bon enfant, voire familiale, qui fait autant partie de l’ADN du festival que le concept «formes modernes de folk, blues, rock’n’roll, garage» qui lui sert d’étendard.

J.D. Wilkes & Legendary Shack Shakers @ Roots & Roses 2018

Bon, cépatouça mais faut pas trop tarder à regagner le chapiteau Roots, si on veut profiter du gig de J.D. Wilkes, de retour au R&R avec ses Legendary Shack Shakers en backing band, avant la très attendue brochette Darts / Left Lane Cruiser, dans la foulée. Mais first things first, un passage par le stand de La Trompeuse s’impose! Gouleyante et bien équilibrée la 33cl. se laisse déguster sur la longueur et s’avère un digestif tout à fait adéquat pour accompagner J.D.Wilkes et son retour aux racines Americana, un virage souhaité si on en croit ses interviews récents. Et ma fois, ça marche encore mieux que LSS tout court, à quatre sur le stage avec drumkit minimal, contrebasse slappée et guitare rockab’ / slide très en avant, plus le J.D. qui se lâche en version bateleur de foire tout en grimaces et gesticulations pour un show ultra énergique et entraînant. C’est très bon, tout ça!

 

03b

Le gig à peine terminé je me faufile jusqu’au pied de l’autre scène, damned, la fosse photographes est bondée – on se demande pourquoi (grin..) - oh yes, The Darts, Baby! La température est montée d’un coup, et je ne parle pas de la météo locale, hein! Faut dire que les quatre Fléchettes jouent à fond la carte rock’n’roll gurls ultra-sexuées, look d’enfer et poses félines, et y prennent manifestement plaisir en plus! Mais attention, ladies and gents, on est plus près de Tura Satana dans Faster Pussycat, Kill, Kill! que de l’inepte, inoffensive et stupide final girl d’un quelconque slasher movie, ces filles-là vous briseraient en quatre à la moindre esquisse d’un geste déplacé. Ceci-dit, c’est pas le genre de la maison, ici, on peut être libidineux mais on en est pas moins classieux, pas de wolf-whistles mais un intérêt poli pour un garage-punk honnête mais pas renversant non plus. Le quatuor s’en sort mieux sur les mid-tempos venimeux à la Fuzztones de la grande époque que sur les garage-punkers plus basiques, à cause, encore une fois d’un manque de titres suffisamment marquants pour susciter un réel enthousiasme.

01b  The Darts  02b

Un poil déçu, donc, mais je leur donne quand même des points pour la patate et l’attitude en me disant qu’avec un peu de boulot sur les compos le groupe pourrait aisément se hisser au niveau des Love Me Nots, le groupe originel de la chanteuse-claviériste Nicole Laurenne.

IMGP2905

IMGP2892

Left Lane Cruiser en ligne de mire, maintenant, en plein milieu d’après-midi, les matchs de catch vont bon train entre les trois tentes, et le festival bat son plein. Bon, je ne répéterai pas tout le bien que je pense du duo de Fort Wayne, Indiana – ah ben si, tiens, c’est fait – et je me contenterai de préciser que même sous chapiteau, à l’heure de la sieste, ces deux types déchirent!!! C’est tight, c’est puissant, et la voix de Joe Evans est tellement râpeuse qu’elle pourrait dézinguer un gruyère entier à plus de trois mètres… Good Golly...

IMGP2927

 (To be continued..)

06