29 juin 2019

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: Poor Until Payday

Poor until Payday? Pas si grave tant qu'on a le bon Reverend Peyton et son Big Damn Band (Breezy à la washboard et Max au drumkit) pour preacher la bonne parole blues & country, finger-pickin' style, depuis leur fief de Brown County, Indiana..

Un extrait de leur cinquième, éponyme et néanmoins excellent dernier long-play en date, paru fin 2018. Enjoy.

Reverend Peyton's Big Damn Band - Poor Until Payday

paydayvinyl-1

 


24 juin 2019

This Week's Music Video - Dave Bartholomew, The Monkey + Shrimp & Gumbo

Un T.W.M.V. en forme d'hommage, quelques jours après la disparition de Dc. John, à une autre légende de la Nouvelle Orléans, Dave Bartholomew, qui vient de nous quitter hier dimanche six mois presque jour pour jour après son centième anniversaire. Trop rapidement uniquement présenté comme "l'homme derrière Fats Domino",  Dave Bartholomew était un membre incontournable et respecté des multiples scènes new-orléanaises, du jazz au rock'n'roll, du swing au rhythm'n'blues.

Dave Bartholomew - The Monkey

Dave Bartholomew - Shrimp and Gumbo

Dave Bartholomew's interview on PBS

 

Posté par Southpaw à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 juin 2019

Le documentaire de Sam Dunn, ZZ Top - That Little Ol' Band From Texas, en replay sur Arte

J'ai replongé avec plaisir dans mes souvenirs de gamin en visionnant hier sur ARTE cet excellent documentaire sur la carrière de Billy Gibbons, Dusty Hill et Frank Beard! Truffé d'images d'archives, évoquant rapidement mais avec justesse l'avant ZZ Top via les Moving Sidewalks et The American Blues, sans oublier la connection avec Roky Erickson et The Jimi Hendrix Experience, ce doc permet de (re)découvrir la partie la plus intéressante de la carrière du groupe (autrement dit de leur début en 69-70 à Eliminator et la période MTV - le reste de leur parcours étant, d'une manière très révélatrice, complètement passée sous silence).

zztop

Les trois membres du groupe se livrent volontiers, ensemble et séparément, avec franchise, humour et humilité, et en écoutant ces trois types très ordinaires et complètement indifférents à la hype, on a l'impression de retrouver des vieux potes perdus de vue depuis longtemps mais avec qui on redémarre au quart de tour.. Du coup, ce matin, c'est vintage ZZ top en boucle sur la hi-fi dans le salon!

ZZ top - La Grange

 

Posté par Southpaw à 11:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 mai 2019

Thee Saturday Morning Jumpstart Track: House Of The Rising Sun

Ce titre folk traditionnel popularisé par Leadbelly et Woody Guthrie dans les années '40 fut bien sûr un hit en France et dans le monde anglo-saxon dans sa formidable version signée Eric Burdon & The Animals en 1964, mais je comprends ceux et celles qui lui préfèrent celle-ci, signée Frijid Pink (Ce nom!) à Detroit cinq ans plus tard. Transformée en hard-rockin' charge psyché-épique et propulsée par le chant puissant de Tom Beaudry, elle demeure l'une des meilleures covers jamais enregistrées de ce classique véritablement - pour une fois l'expression n'est pas usurpée - intemporel!

Frijid Pink faisait partie, au même titre que les Amboy Dukes, le MC5, les Stooges ou les Rationals, de toute cette galaxie de groupes qui n'arrêtaient pas de tourner régionalement et qui de fait surent se tailler une solide réputation en live - leurs concerts attiraient énormément de monde dans la région et étaient souvent sold-out - et pourtant, la renommée de ce combo hard blues psychédélique formé en 1967, n'a jamais vraiment dépassé les limites du Michigan. Leur seul titre de gloire en dehors du succès local puis national de The House Of The Rising Sun fut d'avoir offert, un jour, à un jeune groupe tout juste créé à Londres l'opportunité d'assurer leur première partie aux USA. Le groupe en question s'appelait encore, quelques semaines auparavant, The New Yardbirds, et venait de changer de patronyme. Son nouveau nom: Led Zeppelin..

Frijid Pink - House of the Rising Sun

Quant à la version des Animals, cela fait aujourd'hui 55 ans jour pour jour que les cinq de Newcastle Upon Tyne l'enregistrèrent à Londres en moins de 24 heures, en une seule prise et en plein milieu de leur tournée britannique, avant de reprendre la route. Le single est publié le 19 juin, et malgré la longueur inhabituelle du titre qui provoque une certaine réticence à la BBC, il commence à grimper dans les charts aux quatre coins de la planète. Il entre dans le top-40 le premier juillet 1964, atteint la première place le 15 au Royaume Uni, le 5 septembre aux USA, avec entre ces deux dates une percée remarquable en France le 9 août - l'un des rares titres en anglais à bousculer la variété française dominante et les versions francisées et édulcorées des hits anglo-saxons des yé-yés. Le 45-tours restera 12 semaines dans le Top-100 britannique et demeurera n°1 trois semaines d'affilée aux USA..

The Animals - House of the Rising Sun

Un p'tit bonus avec ce montage de différentes versions du standard trouvé sur YT. Enjoy.

The House of the Rising Sun trough History (1933-2016)

14 mai 2019

Tonic Tuesday - Mavis Staples, Anytime + Down In Mississippi

Toujours aussi impériale et indéboulonnable, Mavis Staples! La voix (au sein de son groupe familial, les légendaires Staples Singers) du Mouvements de Droits Civiques de Martin Luther King a toujours bon pied bon oeil aujourd'hui, à quelques semaines de son 80ème anniversaire, et un nouvel album à paraître dans quelques jours! En attendant ce We Get By, produit et écrit par Ben Harper, un extrait de l'album en question et en bonus, son Down In Mississippi tiré d'un autre album (We 'll never turn back, produit par Ry Cooder) paru sur le même label, Anti- Rds, en 2007. Enjoy.

Mavis Staples - Anytime

Mavis Staples - Down In Mississippi

Posté par Southpaw à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


29 avril 2019

This Week's Music Video, Spécial ROOTS & ROSES 10ème EDITION - Black Box Revelation, High On A Wire

Dans quelques heures démarrera la dixième édition du Roots & Roses Festival, ce chouette festival belge orienté Americana, Blues et Rock'n'Roll qu'on suit ici depuis maintenant quelques années. Un festival qui évolue et s'épanouit sans heurts, mais dont l'état d'esprit demeure le même: la qualité plutôt que la quantité, que ce soit côté organisation, bouffe (homemade et locavore) ou programmation, mêlant grosses pointures, jeunes pousses à découvrir et révélations récente.

R&RF10 2019

Black Box Revelation en était une, de révélation, il y dix ans, lorsque le duo flamand se retrouvait à l'affiche de la première mouture du Roots & Roses en 2009, et il semblait donc naturel à Fred Maréchal, le head honcho du festival, de les programmer à nouveau cette année histoire de marquer le coup et de célébrer à la fois l'anniversaire de l'événement annuel Lessinois et le retour en force de ce combo fer de lance de la scène belge et solide référence en Europe. Une ch'tite piqûre de rappel avec leur High On A Wire, daté de 2009 justement, en attendant de prendre la route direction Lessines le Ier mai prochain!

The Black Box Revelation - High On A Wire

Roots & Roses #10 2019

22 avril 2019

This Week's Music Video, Spécial ROOTS & ROSES 10ème EDITION - The Goon Mat & Lord Benardo, Roots and Roses

From Liège with leur primitive punk blues et un album produit par Jim Diamond, sorti sur Voodoo Rhythm Rds et sobrement intitulé Take Off Your Clothes, voici The Goon Mat et Lord Benardo, le duo belge chargé cette année de reprendre à sa hot sauce l'hymne officiel du festival Roots & Roses! Enjoy it en attendant de pouvoir se désaper et danser nu sous le soleil du fest le plus hot de Belgique (le staff du festival commande toujours une journée chaude et ensoleillée à la météo pour le premier mai, so, no probs).

The Goon Mat & Lord Benardo - Roots & Roses

THE_GOON_MAT_2017

21 avril 2019

Daddy Long Legs au 4AD, Diksmuide, samedi 20 mai 2019

Daddy Long Legs au 4AD à Diksmuide hier soir! Un très bon concert de début de tournée "continentale" (après deux premières dates en Angleterre, à Londres et à Brighton, il y a quelques jours), du foot-stompin', hollerin' blues preachin' haute intensité, une floppée de (très bons) nouveaux titres (Winners' Circle, un hit dans mon salon depuis ce matin) issus du tout nouvel opus du trio de Brooklyn, Lowdown Ways, à paraître le 10 mai prochain sur Yep Roc Rds. Et juste avant un beaucoup trop bref rappel et l'obligatoire hymne Motorcycle Madness, réclamé à corps et à cris par le public, une version du feu de dieu, ardente et incantatoire, du Fire & Brimstone de Link Wray.. Ils sillonnent toute l'Europe d'Alicante à Helsinki jusqu'au 10 juin, so don't find yourself on the wrong side of the river and catch 'em live if you can!

DLL2

Daddy Long Legs - Bad Neighborhood

DLL1

Posté par Southpaw à 11:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 avril 2019

This Week's Music Video, Spécial ROOTS & ROSES 10ème EDITION - The Devil Makes Three, Bad Idea + The Bullet

"You and me and the Devil makes three", une vieille expression anglaise invitant à la bringue, au mischief et plus si affinités, et l'origine du nom de ce groupe originaire de Santa Cruz, Californie. Un paquet d'albums déjà, depuis la création de DM3 autour du noyan originel Pete Bernhard (guitare), Lucia Turino (contrebasse) et Cooper McBean (guitare & banjo) en 2002, et une réputation flatteuse dans le milieu de l'Americana qu'on aura l'occasion de vérifier le premier mai prochain à Lessines puisqu'ils monteront à 15h20 sur la scène Roots du Roots & Roses Festival! That's pretty kool..

Deux extraits de leur discog en guise d'amuse-gueules et pour patienter, avec un extrait de leur tout dernier album en date, Chains are broken, paru il y a quelques mois, et un titre tiré de leur second album, daté de 2007.

The Devil Makes Three - Bad Idea

The Devil Makes Three - The Bullet

dm3 chans are broken

01 avril 2019

This Week's Music Video - Grace Potter & The Nocturnals, Paris (Ooh La La)

Un avant-goût du printemps et d'un été torride? E tout cas une bonne tranche de 70's revisitées, versants hard-rockin' roots, folk & blues.. Grace Potter & The Nocturnals, au naturel, avec une version live très chargée en eye candy de leur Paris (Ooh la la), qui ouvre leur troisième album paru en 2010. Bien content que la petite soeur de Harry ait choisi d'empoigner le manche d'une Flying V plutôt qu'une bête baguette de magicien, non?

Grace Potter & The Nocturnals - Paris (Ooh La La)

Grace Potter And The Nocturnals - Paris (Ooh La La)