03 septembre 2018

This Week's Music Video - Howlin' Jaws, Three Days

The Howlin' Jaws est un jeune combo parisien qui creuse son sillon depuis quelques années et qui vient de sortir son nouvel EP, Burning House. Solide Rock'n'Roll déguisé en rockab' suave et décontracté. Kool..

The Howlin' Jaws - Three Days

Posté par Southpaw à 21:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


26 juin 2018

Tonic Tuesday - Rhythm Sophie, Got a lot of rhythm in my soul + Weather Man

Rhythm Sophie, c'est souvent la moitié féminine des vocaux de Sonny & His Wild Cows, combo hongrois basé à Budapest et vétéran de la scène rockabilly revival depuis bientôt 20 ans. Mais la miss Sophie à bien d'autres cordes à son arc au delà du rockab', et ce qu' elle enregistre et poste régulièrement sur Youtube vaut franchement le détour - dans un registre traditionnel mais large - du swing au country and western en passant par le rhythm'n'blues. Sacrée voix, et du matériel original qui mériterait bien un album solo! Check her out.

Rhythm Sophie - Got a lot of rhythm in my soul

Rhythm Sophie - Weather Man

En fait la miss a déjà sorti un lp solo il y a trois ans sur Rydell's Records, un debut lp intitulé Born to live the blues gorgé de rhythm'n'blues et de 50's rock'n'roll pétillant à souhait, tout à fait digne d'intérêt!

r sophie lp

Posté par Southpaw à 07:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 juin 2018

Upcoming.. Trois concerts ce vendredi 22 juin!

Et vendredi c'est demain! L.A. Witch (from, euh, L.A.) à la Cave aux Poètes, Roubaix (Support: Wild Raccoon), Dirty Primitives et He Rents a Red Banjo (Lille) à la Ferme d'en Haut à Villeneuve d'Ascq, et Crystal & Runnin' Wild à Madame Moustache (Bruxelles) pour la release party de leur dernier album. Y'a de quoi faire, non?

L.A. Witch - Drive Your Car

Dirty Primitives - Farmer Song

Crystal and Runnin'Wild - Midnight Creature

05 mai 2018

Roots & Roses 2018 - le compte-rendu (part 1)

Première surprise en arrivant sur le site du festival cette année: le nombre de tentes et de stands a notablement augmenté, et en plus des incontournables vendeurs de fringues, bijoux et vinyles on peut aller goûter et se renseigner sur les productions locavores, bio et autres, et entamer l’apéro en toute bonne conscience à coups de bière locale ou de shots de White Rootsian, version lessinoise, équitable et ad hoc du White Russian cher au Big Lebowski!

IMGP2682Dead Bronco

IMGP2691

Mais faut assurer en termes de tempo, et arrivé presque à la fin du set de Yak, jeune trio anglais garunge et turbulent (mais classe, fallait oser balancer sa guitare dans le public et laisser le soin à un spectateur d’exécuter le solo du dernier morceau..), on a juste le temps de se précipiter au pied de la scène Roots pour découvrir Dead Bronco en live. Ce gang de Bilbao mené par le floridien Matt Horan annonce un mix à priori détonant à base de swamp country punk goguenard et de hardcore sanguin, qu’ils ont d’ailleurs rebaptisé Americana Sludge, et effectivement ça démarre fort, ça saute dans tous les sens et ça mouille le maillot (enfin façon de parler, le combo se retrouve torse nu - beaux tatouages - au bout de deux morceaux..), mais j’ai du mal à accrocher: pas assez de titres vraiment saillants et un léger problème de timing à cette heure encore matinale empêchent le gig de décoller vraiment, et au bout de quelques morceaux je préfère aller casser la croûte après un petit détour par la scène Roses ou le monolithe Fifty Foot Combo commence son set à fond de train.

IMGP2716

Fait beau, le soleil brille, les nuages ne font que passer et je me dis pendant qu’on s’installe face à nos assiettes que ce festival a définitivement un truc particulier: une espèce de feelgood vibe indéfinissable mais bien réelle qui se reflète sur les visages ouverts et réjouis autour de moi et dans les attitudes anti-bullshit des festivaliers, une ambiance bon enfant, voire familiale, qui fait autant partie de l’ADN du festival que le concept «formes modernes de folk, blues, rock’n’roll, garage» qui lui sert d’étendard.

J.D. Wilkes & Legendary Shack Shakers @ Roots & Roses 2018

Bon, cépatouça mais faut pas trop tarder à regagner le chapiteau Roots, si on veut profiter du gig de J.D. Wilkes, de retour au R&R avec ses Legendary Shack Shakers en backing band, avant la très attendue brochette Darts / Left Lane Cruiser, dans la foulée. Mais first things first, un passage par le stand de La Trompeuse s’impose! Gouleyante et bien équilibrée la 33cl. se laisse déguster sur la longueur et s’avère un digestif tout à fait adéquat pour accompagner J.D.Wilkes et son retour aux racines Americana, un virage souhaité si on en croit ses interviews récents. Et ma fois, ça marche encore mieux que LSS tout court, à quatre sur le stage avec drumkit minimal, contrebasse slappée et guitare rockab’ / slide très en avant, plus le J.D. qui se lâche en version bateleur de foire tout en grimaces et gesticulations pour un show ultra énergique et entraînant. C’est très bon, tout ça!

 

03b

Le gig à peine terminé je me faufile jusqu’au pied de l’autre scène, damned, la fosse photographes est bondée – on se demande pourquoi (grin..) - oh yes, The Darts, Baby! La température est montée d’un coup, et je ne parle pas de la météo locale, hein! Faut dire que les quatre Fléchettes jouent à fond la carte rock’n’roll gurls ultra-sexuées, look d’enfer et poses félines, et y prennent manifestement plaisir en plus! Mais attention, ladies and gents, on est plus près de Tura Satana dans Faster Pussycat, Kill, Kill! que de l’inepte, inoffensive et stupide final girl d’un quelconque slasher movie, ces filles-là vous briseraient en quatre à la moindre esquisse d’un geste déplacé. Ceci-dit, c’est pas le genre de la maison, ici, on peut être libidineux mais on en est pas moins classieux, pas de wolf-whistles mais un intérêt poli pour un garage-punk honnête mais pas renversant non plus. Le quatuor s’en sort mieux sur les mid-tempos venimeux à la Fuzztones de la grande époque que sur les garage-punkers plus basiques, à cause, encore une fois d’un manque de titres suffisamment marquants pour susciter un réel enthousiasme.

01b  The Darts  02b

Un poil déçu, donc, mais je leur donne quand même des points pour la patate et l’attitude en me disant qu’avec un peu de boulot sur les compos le groupe pourrait aisément se hisser au niveau des Love Me Nots, le groupe originel de la chanteuse-claviériste Nicole Laurenne.

IMGP2905

IMGP2892

Left Lane Cruiser en ligne de mire, maintenant, en plein milieu d’après-midi, les matchs de catch vont bon train entre les trois tentes, et le festival bat son plein. Bon, je ne répéterai pas tout le bien que je pense du duo de Fort Wayne, Indiana – ah ben si, tiens, c’est fait – et je me contenterai de préciser que même sous chapiteau, à l’heure de la sieste, ces deux types déchirent!!! C’est tight, c’est puissant, et la voix de Joe Evans est tellement râpeuse qu’elle pourrait dézinguer un gruyère entier à plus de trois mètres… Good Golly...

IMGP2927

 (To be continued..)

06

 

 

30 avril 2018

Countdown to Roots & Roses #9: Le programme et les Belges du jour!

Dans 24 heures ce sera le lancement officiel à Lessines du Roots & Roses Festival, neuvième du nom! Le line-up détaillé de ce mardi premier mai:

Roots & Roses Lineup 2018

Les belges à l'honneur pour ce countdown, en commencant par l'insubmersible Arno Hintjens avec le projet Tjens matic, à savoir la revisite la plus rock'n'roll/ blues/punk du parcours du chanteur ostendais avec ce combo culte qu'est encore aujourd'hui TC Matic. Puis les vétérans punksurfeurs de Fifty Foot Combo, sortis de leur retraite pour leur seul gig de 2018 par le staff de Roots & Roses, et enfin le rockab' rafraîchissant de Crystal & Runnin' Wild,  combo père-fille qui prouve une fois de plus que la Belgique est l'autre pays du roots rock'n'roll transgénérationnel - la Wallifornie, quoi!

Crystal and Runnin' Wild - You Gotta Go

Crystal & Runnin' Wild

 Tjens Matic - Que Pasa

Tjens matic

Fifty Foot Combo - The Descent

Posté par Southpaw à 10:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


23 avril 2018

This Week's Music Video / Countdown To Roots & Roses #9 - The Blasters, Marie, Marie

On pourrait presque croire que l'expression "Americana" a été créée pour définir la musique de The Blasters.. En pleine explosion punk, le combo angelano, contemporain des Cramps, du Gun Club, de X et de Black Flag, avait en 1978 préféré la trompeuse simplicité d' "American Music" et avec le recul, on a pu, via les parcours respectifs des frangins Phil et Dave Alvin, se rendrent compte à quel point leur amour immodéré du rock'n'roll originel, du blues, de la country et des autres roots de la musique populaire états-unienne collait à l'idée d'une certaine amérique, celle dont on continue d'aimer l'idée fantasmée malgré ses dérives passées et présentes.

The Blasters seront l'une des têtes d'affiche de la neuvième édition du Roots & Roses la semaine prochaine - yes, the clock is tickin'! - et en attendant, trois vidéos youtubées histoire de patienter, dont leur hit Marie, Marie en live en '85 (que j'avais découvert via une reprise par les anglais de Matchbox en '80 (sur l'album Midnite Dynamos), avant de tomber sur l'original par la même occasion dur le reste de leur discographie). Get Ready et rendez vous le premier mai prochain à Lessines à partir de 11h du matin!

The Blasters - Marie Marie (Live at Farm Aid 1985)

The Blasters, Dark Night

Dave and Phil Alvin "All By Myself" and "Key To The Highway"

blasters 1

20 mars 2018

Tonic Tuesday: Johnny Otis, Crazy Country Hop

Impossible de résumer en quelques mots l'incroyable parcours de Johnny Otis, qui vécut au moins dix vies bien remplies entre l'année de sa naissance, 1921, à Vallejo, Californie, et son décés dans sa 91ème année. Musicien, batteur, chanteur, producteur, découvreur de talents, créateur de labels, pasteur (!), dee-jay, animateur télé, il a tout fait, traversé les décennies et contribué à modeler le meilleur du swing, du rhythm'nblues et du rock'n'roll tout en cotoyant la crème de la crème. Un autre p'tit plaisir sautillant (après le California Women de Hoyt Axton de mardi dernier - je suis dans un trip basse-cour r'n'r en ce moment) avec ce single de 1958, maintes fois repris depuis.

Johnny Otis - Crazy Country Hop

Posté par Southpaw à 06:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 février 2018

Tonic Tuesday: The Unknowns, Pull My Train

Au royaume des groupes qui auraient dû être reconnus à l'époque et qui sont presque définitivement oubliés aujourd'hui, The Unknowns sont et seront toujours les numero unos... A l'instar de leur charismatique chanteur Bruce Joyner, malchanceux notoire et loser magnifique, le groupe Angelano n'a jamais eu l'occasion de cartonner à grande échelle mais à tout de même, pendant sa brève existence (1080-1982), réussi à marquer durablement quelques fans dispersés sur la planète, qui se souviennent encore aujourd'hui de l'impact quasi-physique de ce Pull My Train, frénétique garage punkabilly mutant tout en twang, en échos et en guitares Mosrites - emporté par la voix Southern Gothic unique, fougueuse et incandescente du génial Joyner..

The Unknowns - Pull My Train

Posté par Southpaw à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

16 octobre 2017

This week's music video - JD McPherson, Head Over Heels

Undivided Heart & Soul (joli titre!), le troisième et nouveau longplay de Jonathan David McPherson, vient de paraître sur New West Records, et on prie quotidiennement Elvis, Jackie, Fats et Chuck pour un euro tour en 2018. En attendant, petit retour en vidéo sur l'album précedent, Let The Good Times Roll. Enjoy The Swing and Start Shimmying!

JD McPherson, Head Over Heels

JD McPh 1

 

Posté par Southpaw à 06:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,