29 mars 2015

Lena Deluxe & Sallie Ford, Aéronef, Lille, hier soir.

Arrivés en plein milieu du set de Lena Deluxe, il nous faut quelques minutes pour rentrer dans l'univers de la demoiselle, d'autant plus que, j'avoue, je ne connaissais pas grand'chose à celui-ci. La première impression est surtout visuelle: avec l'abondante tignasse blonde qui encadre son minois mutin, la miss me fait illico penser à une version juvénile de Poison Ivy Rorschach circa Stay Sick!, une Rickenbaker à la place de la grosse Gretsch hollow-body de Poison.. et de dos, à Mireille Darc dans Le grand blond avec une chaussure noire! Spectaculaire, ce dos nu!

WP_001070

WP_001071

Le temps de reprendre mes esprits, le groupe balance quelques titres de Kiss Kiss Bank Bank, son futur premier album, à paraître dans quelques jours après bien des péripéties, et Lena, ukulele en mains, nous cause des soucis de la Malterie et de la pétition en ligne (bonne idée) pour aider ce lieu incontournable à ne pas crever. Musicalement, j'ai quand même du mal à adhérer – not in the right mood, maybe, ou trop soft pour mes goûts de monomaniaque du binaire primaire.. jusqu'à ce que le gig rebascule vers un rock'n'roll au tempo nettement plus enlevé sur les derniers morceaux, au feeling bien early seventies (Kill The King) voire post-garagiste (le titre suivant) bien hypno-voodoo velvetien. Pas mal, pas mal, je retesterai à l'occasion...

Sallie Ford était passée au même endroit il y a trois ans, avec The Sound Outside, son excellente bande de mecs/musiciens et son pop rock'nroll fiftiesant, fond de sauce goûtu de quelques très bonnes chansons dispersées sur deux albums sympas mais pas inoubliables. Le côté un peu gauche de la Sallie passait bien, à l'époque, partie intégrante de l'imagerie fraîche, kitsch et décalée du groupe. Depuis, miss Ford a remonté un backing-band entièrement féminin, plutôt efficace musicalement même si assez effacé sur scène, ce qui lui laisse l'indisputable position de frontwoman. Un nouvel album, Slap Back, est sorti, le ton s'est légèrement durci aussi, les titres sont plus rentre-dedans et les paroles plus explicites. Sallie Ford est une jeune femme de son époque et n'a pas peur d'appeler un chat un chat, et c'est le genre de candeur féministe et fun qu'on apprécie aux RKT headquarters.

Par contre, en live, comment dire.. passées les premières minutes, on fini par se rendre compte que, certes, les compos sont pas mal voire parfois excellentes, mais côté scène, le groupe et surtout Sallie elle-même manquent cruellement de présence et de charisme. C'est raide, statique et empesé, on s'ennuie poliment et on se surprend à trouver le temps long, malgré tout le capital de sympathie que la miss a engrangé ces dernières années. Dommage, on aimait bien les chansons, mais le live exige parfois qu'on mouille un peu le débardeur...

WP_001073

WP_001074

Photos au smartphone... De bien plus belles photos du concert ici. Enjoy.

Posté par Southpaw à 18:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


27 mars 2015

Legend Motors, Vieux Lille, 16h.

A force de passer devant, j'ai fini par penser à prendre mon apn..

IMGP7259Une belle Vincent Comet, avec son 500cc et sa suspension arrière à cantilever, garée à quelques mêtres, en guise de panneau de pub.

IMGP7251

IMGP7254

IMGP7253

IMGP7261

IMGP7255

IMGP7257

IMGP7252

IMGP7258

Posté par Southpaw à 18:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 mars 2015

Le Cabaret des Culottées - L'Univers, Lille, samedi 21 mars 2015

Le show New Burlesque des quatre filles du Cabaret des Culottées, Il y a quelques semaines, à l'Aéronef, nous avait déjà bien emballé - on s'attendait donc à une prestation de qualité (quoique très différente, avec la promesse d'un show hybride ciné/live) ce samedi dans ce kool lieu qu'est le cinéma L'Univers.

Pari tenu! Wonder Titty Twister, Lulu Socrate, Lou Kick et Louison la Douce (J'adore ces pseudos..) ont réussi à créer un spectacle fun, fripon et cohérent autour d'une idée toute simple et pas forcément neuve, mais facilement casse-gueule: mixer perfs live et extraits vidéo tout en intégrant leur propre court-métrage (Chez Madame Vénus, produit par le collectif Digital Vandal), sans rupture de tempo ou flottement malvenu.

cabaret dc 1

Pas si évident que ça, surtout dans un endroit aussi exigu que la salle de L'Univers ; c'est d'ailleurs en ce qui me concerne le seul bémol de la soirée, la disposition «salle de ciné tout en longueur», et surtout, l'éclairage (un peu trop) basique limitaient la visibilité pour une partie des spectateurs (surtout ceux du fond). Mais il s'agissait d'un premier essai, et nul doute que la prochaine fois, ces quelques détails triviaux seront corrigés!

Pour nous, par contre, au second rang, pas de problèmes pour apprécier à distance idéale les performances, les courbes et les rondeurs de nos quatre héroïnes d'un soir, articulées autour d'une thématique «Nude Ladies & Cinema», avec ce mélange de classicisme vintage et de trashitude punkrawk qui est leur marque de fabrique; étaient donc convoquées, sur l'écran et in the flesh, entre autres icônes incontournables et screen goddesses, la Rita Hayworth de Gilda, la Marlène Dietrich de L'Ange Bleu, la Marilyn de Sept ans de réflexion (mais aussi des Misfits) et une floppée d'autres dans un chouette montage vidéo final glorifiant plusieurs générations d'actrices passées par la case «take it all off / dance for me» dans autant de scènes de films elles-mêmes passées depuis à la postérité.. Mais également la «final girl» white trash des slasher movies à la Massacre à la tronçonneuse (qui se rhabille en Leatherface après le strip, yeah!), ou, air du temps oblige, la zombie de service (via Le retour des Morts Vivants, 1985, les Cramps dans le soundtrack, great googley moogley, je l'avais oublié celui là!), et plein d'autres figures emblématiques du cinéma B voire Z, revisitées sexy-destroy!

C'est donc çà, l'angle d'attaque de la troupe, quelle que soit la revue: un versant femme fatale et sex-symbol indéboulonnable, hommage sincère et émouvant à toutes les femmes qui ont un jour accepté et osé se désaper devant une caméra - et une version plus moderne, iconoclaste, agressive et rentre-dedans de la féminité qui se dévoile, entre provocation et complicité, mais toujours avec un humour.. burlesque (au sens premier du terme) et une approche ludique au message très clair: il s'agit avant tout de s'amuser, d'émoustiller, certes, mais surtout de démontrer que le New Burlesque est l'exact opposé de l'exploitation cynique, glauque, sordide et purement commerciale du corps féminin - ce que le striptease a toujours été, à de rares exceptions, auparavant – et que le féminisme peut se concevoir avec fun, soutifs qui valsent, booties qui swinguent et oeillades assassines!

Bien joué, les filles, and keep taking it all off!

PS: check it out! l'interview sur Radio PFM dans le Faster Pussy Cat de la semaine dernière, ici.

Posté par Southpaw à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

06 mars 2015

William Klein - Tokyo '61, Galerie Polka, Paris, hier soir.

 

William Klein + Tokyo 1961 à la Galerie Polka. Just one word: Great.

William Klein Tokyo 61

SANY0206

SANY0202

SANY0213

 

Posté par Southpaw à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

AMF Harley Davidson FLH Police Special in Paris.

Pur hasard. Quelques jours après mon post sur les highway patrolmen et le film "Electra Glide in Blue", je tombe hier sur cette splendide FLH Police Special francisée, sur les quais de Seine, au niveau du Pont de l'Alma. Un des derniers exemplaires estampillés "American Machine & Foundry Company" donc, avant le rachat des actions de la société par le "Gang des 13" et une partie de la famille Davidson, Willie G. en tête, en 1981. ce modèle spécifique "Police" est une rareté: produite à seulement 85 unités en 79 et 390 en 80, elle en impose, avec son compteur en miles, son équipement spécial "Law Enforcement" (à part le tansad qui remplace tout le matos radio normalement arrimé au porte-baggage) et son Shovelhead de 80 c.i. (soit 1340 cc), monté sans silent blocks. Belle bête!

SANY0180

SANY0175

SANY0184

SANY0176

SANY0177

SANY0181

SANY0179